Les changements climatiques sont-ils la cause de notre hiver difficile à Montréal ?

(Photo de couverture: Radio-Canada / Simon-Marc Charron; This post is also available in English)

Une version de ce billet a été publiée par MétéoMédia, le 29 mars 2019.

Cet hiver a été difficile à Montréal. Plusieurs tempêtes de pluie suivies d’un gel rapide ont créé des trottoirs ressemblant à des glaciers. Plusieurs se demandent si cela pourrait être la nouvelle norme. En novembre, j’ai écrit un billet dans lequel j’ai décrit comment le début du temps «hivernal» (neige, froid glacial) était de plus en plus tard au cours des 50 dernières années, la saison d’hiver étant de plus en plus courte. Ici, j’examinerai une série de variables climatiques pour montrer comment nos hivers ont déjà changé avec le réchauffement planétaire et comment l’hiver de cette année s’intègre dans ces changements.

Météo ou climat ?

La première chose qui vient en tête quand on entend parler du réchauffement climatique c’est que les hivers se réchaufferont tout simplement. Cela sonne bien, n’est-ce pas? Nous devons d’abord garder à l’esprit la différence entre météo et climat. Lorsque j’ai récemment parlé à la Montreal Gazette de la façon dont les hivers sont en train de changer, j’ai reçu un courriel d’un lecteur qui me demandais si je vivais dans la même ville que lui, car nous avons eu beaucoup de neige cet hiver et avons eu un des novembres les plus froids jamais enregistré à Montréal ! Alors, qu’en est-il du réchauffement climatique?

Rappelez-vous que la météo, c’est ce que nous observons au cours d’un mois, d’une semaine ou d’un jour donné. Le climat est la moyenne de tous ces mois / semaines / jours sur une certaine période (généralement au moins 30 ans). Nous aurons toujours des journées très froides et des journées très chaudes, mais à mesure que le climat change, ce qui constitue «très chaud» et «très froid» est en train de changer. Un signe du réchauffement climatique est le fait qu’il y a eu beaucoup plus de records de chaleur brisés dernièrement que de records de froid. Et notre «froid extrême» devient de moins en moins extrême. Par exemple, dans les années 1980, on observait des -30 °C à Montréal au moins une fois tous les deux ou trois ans. La dernière fois que nous avons atteint -30 °C (à l’aéroport Trudeau), c’était en 1994!

cliquez ici pour poursuivre la lecture…

Is climate change to blame for Montréal’s messy winter?

(Cover photo: Radio-Canada/Simon-Marc Charron ;Ce billet est aussi disponible en français)

This winter has been a difficult one in Montréal, with several rainstorms followed by a rapid freeze leading to sidewalks that resemble glaciers. Many are wondering if this might be the new normal. Back in November, I wrote a post discussing how the start of “wintry” weather (snow, freezing cold) has been getting later and later over the last 50 years or so, with the winter season getting shorter. Here, I’ll examine a range of climate variables to demonstrate how our winters have already changed with global warming, and how this year’s winter fits into these changes.

Weather vs. climate

The first thing we might assume when we hear “global warming” is that winters will just get warmer. That actually sounds nice, doesn’t it? We first need to keep in mind the difference between weather and climate. When I spoke recently to the Montreal Gazette about how winters are changing, I got an email from a reader questioning whether I was living in the same city as him, since we’ve had plenty of snow this winter, and November was one of the coldest on record in Montréal! So what about global warming?

Remember that weather is what we observe in a given month, week, or day. Climate is the average of all of those months/weeks/days over a certain period (typically at least 30 years). We’re always going to have really cold days and really warm days, but as the climate changes, what constitutes “really warm” and “really cold” is changing. One sign of the warming climate is that we’re seeing far more record hot days than record cold ones. And our “extreme” cold is getting less extreme. For example, through the 1980s, -30°C was observed at Montréal at least once every few years. The last time we hit -30°C (at Trudeau Airport) was in 1994!

Click here to continue reading…